Accueil IRPALL > Convention Théâtre du Capitole > Calendrier de la Convention

Calendrier de la Convention

Parlons-en


Saison 2016-2017

  • Berlioz : Béatrice et Bénédict, 30 septembre, 4, 7, et 11 octobre à 19h
  • Rossini : Il Turco in Italia, 18, 22, 25, 29 novembre à 19h
  • Mozart : Die Entführung aus dem Serail, 27, 31 janvier et 3 février à 19h
  • Verdi : Ernani, 10, 14, 17 et 21 mars à 19h
  • Matalon : L'ombre de Venceslao, 4 et 7 avril à 19h
  • Donizetti : Lucia di Lammermoor, 19, 23, 26 et 30 mai à 19h
  • Meyerbeer : Le Prophète, 23, 27 et 30 juin à 18h30




Ateliers d'écoute


Saison 2016-2017

  • Centre Culturel Bellegarde
Lundis 28 novembre, 20 février, 24 avril à 17h
  • Centre culturel Alban-Minville
Mardis 29 novembre, 21 février, 25 avril à 15h
  • Centre culturel Théâtre des Mazades
Vendredis 2 décembre, 24 février et 28 avril à 17h
  • Comités d'entreprises (Grand Foyer du Théâtre du Capitole)
Samedi 5 novembre à 16h30




Thé à l'Opéra


Rencontres thématiques par Michel Lehmann


Saison 2016-2017

  • Autour d'Il Turco in Italia
Samedi 19 novembre à 16h30
  • Autour d'Ernani
Samedi 25 février à 16h30
  • Autour de Lucia di Lammermoor
  • Samedi 13 mai à 16h30

Journées d'études


Candide (Bernstein)
Monuments littéraires et spectacles musicaux (opérettes, ballets et comédies musicales) après 1945

Mardi 13 décembre 2016
de 9h à 17h
Foyer du Théâtre du Capitole

La seconde moitié du XXe siècle voit la production de spectacles lyriques en grande partie se populariser. Si les opérettes, pur produit bourgeois et léger du XIXe siècle, tirent leurs derniers feux, elles le réalisent à grand renfort de spectaculaire. C'est la grande période des spectacles mis en musique par Francis Lopez et Vincent Scotto, produits au Théâtre du Chatelet par Maurice Lehmann et portés par Luis Mariano, Georges Guétary, Bourvil... Si des sujets du quotidien remportent de gros succès (La route fleurie, La belle de Cadix...), ils cohabitent avec des spectacles historiques où l'évocation de grandes figures poursuit les stratégies dramatiques des opéras historiques de l'ère romantique (l'impératrice Eugénie dans Violettes Impériales, Francisco Goya dans Le Prince de Madrid, Marco Polo dans La toison d'or...). C'est du côté de la comédie musicale anglo-saxonne que l'adaptation de monuments littéraires se montrera encore plus hardie. Pour certains d'entre eux, leur adaptation cinématographique en avaient révélé toutes les difficultés, mais les producteurs de musicals n'ont guère eu froid aux yeux : Don Quichotte, Les Misérables, Notre-Dame de Paris... La popularié d'un roman peut-elle favoriser le succès d'un spectacle, en passant outre les énormes difficultés d'adaptation qui peuvent atteindre la défiguration de l'original ? En quoi la présence de Goya, Esmeralda ou Valjean dans un spectacle populaire justifie l'audace d'une adaptation ?


Ernani (Verdi)
La figure du proscrit dans les arts en Europe dans la première moitié du XIXe siècle

Mardi 28 février 2017 de 9h à 17h
Foyer du Théâtre du Capitole

 
La figure du héros banni de la société pour un crime plus ou moins avéré connaît un franc succès au début du romantisme. A l'heure où les idées de société nouvelle se répandent en Europe sous l'impulsion de la Révolution française, on se régale de ces héros maudits, orgueilleux, désespérés et emportés, rejetés par leur famille, leur clan, leurs pairs... Malandrins comme Robin Hood, révolutionnaires comme Masaniello, déchus comme Hernani ou Karl Moor, ils se voient tous drapés par l'aura du "lion superbe et généreux" pour mieux émouvoir un public en quête d'émotions fortes au théâtre. Ayant occupé une place importante dans la production théâtrale de cette époque, cette figure prend une place importante dans les opéras romantiques, d'autant que l'esthétique vocale liée au ténor la secondera par une énergie dramatique particulièrement intense.


Lucia di Lammermoor (Donizetti) - Le Prophète (Meyerbeer)
Appropriations historiques dans l'opéra
des XIXe et XXe siècles

Jeudi 4 mai 2017 de 9h à 17h
Foyer du Théâtre du Capitole

Que signifie représenter l'Histoire : reconstituer, témoigner, commenter, réécrire, divertir ? N'est-ce que du divertissement ou est-il possible de considérer le spectacle en question comme une leçon de politique et de morale ? La recherche universitaire s'est beaucoup interrogée sur la question de la représentation de l'Histoire, avec des hypothèses et des théories variées. Un bilan sur la question s'avère régulièrement nécessaire, d'autant que les deux opéras à l'affiche du Théâtre du Capitole s'inscrivent dans des stratégies dramatiques fortes, minimisant pour le premier sa portée politique, maximalisant sa marque sur les individus dans le second, mais usant tous les deux de sa force tragique, habile substitut romantique des divinités antiquisantes de l'ère baroque.

 
 


 

Université Toulouse - Jean Jaurès  
Maison de la recherche D147
5 allées Antonio Machado
31058 Toulouse Cedex
Plan d'accès

Contact
irpall@univ.tlse2.fr

Conception graphique et entretien du site :
Christine Calvet & Danièle Morkos

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page