Accueil IRPALL > Manifestations > Séminaires réguliers

Séminaire régulier : "Fictions de mondes possibles. Sciences, science-fiction, utopie, Histoire dans le récit bref"

le 10 avril 2015
10h - 12h
salle D29


Affiche Axe 1

Affiche Axe 1

Responsables scientifiques : Yves IEHL, Jean NIMIS

La recherche portera sur les textes considérables en tant que «récit bref» ou «nouvelle». Elle a pour but de mettre en valeur leur spécificité dans l’espace européen, y compris à partir de regards appartenant à d’autres espaces culturels (Amériques du Nord et Latine, Asie, Australie). Les analyses s’appuieront aussi bien sur des aspects thématiques que sur les aspects narratologiques, stylistiques et (inter)sémiotiques des textes. Compte tenu de la période prise en considération (du XXe siècle au début du XXIe siècle), on s’intéressera particulièrement à des fictions qui se sont trouvées au seuil entre une littérature générale (dont l’attracteur serait la «réalité») et les littératures de l’imaginaire (dont l’attracteur sera plus particulièrement l’«imaginaire») et l’on exploitera les lignes de crête historiques qui ont traversé cette période.

Calendrier du  séminaire [PDF - 734 Ko]

Contact :
Christine CALVET, Institut IRPALL
Lieu(x) :
Maison de la Recherche, salle D155

Programme de la quatrième séance :
Intervenant : Yves Iehl
Intitulé : "De la science-fiction parodique et décalée à l'évocation indirecte du "socialisme réellement existant" : "Saïans Fiktschen" (1981) de Franz Fühmann (1922-1984).

Dans ce recueil publié vers la fin de sa vie, cet auteur est-allemand se livre à une parodie assez transparente de science-fiction – comme en atteste le titre –, qui interroge le statut et la fonction de ce genre dans l’ex-RDA.
Cette démarche l’amène à confronter dans les sept récits brefs que contient l’ouvrage les univers utopiques lointains que sont Uniterre et Libroterre, transposition lucide, désabusée et doublement critique des visages de l’Est et de l’Ouest à l’époque de la Guerre Froide.
Le propos d’anticipation dystopique paraît classique, il donne lieu à des tableaux allégoriques et à des récits complexes, mais il est plus nuancé qu’il n’y paraît et offre un exemple à la fois brillant et désabusé, de fait peu fréquent dans la littérature allemande, de mise en récit  du thème scientifique. Franz Fühmann s’interroge d’une façon assez douloureuse sur les possibilités d’une réflexion et d’une recherche scientifiques, mais aussi historiques ou philosophiques dignes de ce nom dans un pays où règne une vérité socialiste préétablie.

 

Université Toulouse - Jean Jaurès  
Maison de la recherche D147
5 allées Antonio Machado
31058 Toulouse Cedex
Plan d'accès

Contact
irpall@univ.tlse2.fr

Conception graphique et entretien du site :
Christine Calvet & Danièle Morkos

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page