• Recherche,

Retours sur horizons. Transitions et ruptures historiques au miroir du récit bref de science-fiction et d'anticipation

Publié le 1 juin 2016 Mis à jour le 18 juillet 2019
le 9 juin 2016
9h-17h
Maison de la Recherche, salle D31

Journée d'étude consacrée à la représentation d'un monde en crise à travers le récit bref ou la nouvelle de science-fiction ou d'anticipation.

Responsables scientifiques : Yves Iehl & Jean Nimis.


Comment le récit bref ou la nouvelle de science-fiction ou d’anticipation peuvent-il à certaines périodes bien précises refléter les visions, les problèmes et les conflits d’un monde en crise, notamment à partir des épisodes saillants de tension et de crispation qui ont marqué le XXe siècle et le début du XXIe siècle ?

C’est à cette exploration qu’invite cette journée d’étude de l’IRPALL (Toulouse Jean -Jaurès), comme point d’orgue des séances de séminaire qui ont eu lieu en 2015-2016.

La perspective consiste à comparer les aires géolinguistiques littéraires, notamment européennes, et à croiser ainsi la diversité des approches qu’elles permettent.
On s’intéressera notamment à la mise en scène, dans un certain nombre de récits marquants, de phénomènes de franchissement de seuil ou de changements de paradigme (linguistique, stylistique, philosophique, social, politique, technologique, humain) en des périodes charnière de l’époque contemporaine.

Il s’agit au fond de mettre en relief comment la narration, par son inventivité même, est devenue le miroir (parfois paradoxal) de l’Histoire. On s’intéressera en particulier aux périodes des totalitarismes (avant-guerre), à l’époque de la Guerre Froide, à celle de la conquête de l’espace, à l’entrée dans l’ère des nouvelles technologies (liste non exhaustive), afin de voir comment les ressources de la fiction traduisent la perception de ces crises ou de ces changements majeurs.

 

Programme


- Nathalie Vincent-Arnaud (Université Toulouse Jean-Jaurès)
Dysurbanités : énonciation et figures du seuil dans Une brume si légère (Sandrine Collette, 2014).

- Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux 3)
Les nouvelles de Serge Lehman : des mondes métaphysiques ?

- Denis Bousch (Université Paris-Est Créteil Val de Marne)
Les miniatures de Herbert W. Franke entre utopie et dystopie.

- Marie Constant (Université Toulouse Jean-Jaurès)
Les mondes crépusculaires de Thierry Di Rollo.

- Alain Bourret (Metteur en scène et compositeur, Nice)
Le voyage vers l'autre ailleurs (transgression, introspection, métamorphose et mythe de l'éternel retour) dans le court-métrage The Glass Fortress.

- Alain Damasio (Écrivain, Marseille)
« Présences du futur », ou comment construire un univers qui ne s’effondre pas en deux jours. Présentation dialogique par l’auteur des enjeux de sa création et de son écriture narrative dans Captcha, Le bruit des bagues, So Phare away et les Haut-Parleurs.

- Swann Mayolle (Université Toulouse Jean-Jaurès)
La nouvelle wulienne : l'empreinte du temps et le lecteur incorporé.
 

Contact :
Christine Calvet, Institut IRPALL