Territoires du récit bref

De l'image dans la fiction à l'imaginaire en science-fiction

Publié le 25 juillet 2019 Mis à jour le 9 août 2019

Acte du colloque "Territoires du récit bref. De l'image dans la fiction à l'imaginaire en science-fiction" avec le soutien de l’Institut IRPALL et l'aide de l'Université de Lausanne.

Résumé

Cette série d’articles se propose d’illustrer certaines des spécificités du récit bref et ses rapports avec l’imaginaire dans quelques-unes des littératures européennes contemporaines. Le récit bref (incluant la nouvelle), genre narratif en perpétuelle réinvention, a été et reste, en raison même de sa plasticité, un terrain d’expérimentation où se reflètent les évolutions qui affectent l’ensemble des champs littéraire et artistique. Dans un premier volet, cette spécificité a incité les auteurs à adopter dans leurs analyses un angle d’approche intermédial, soit par l’étude des diverses manifestations de l’iconotexte, soit par celle de l’adaptation cinématographique du récit bref.
En explorant ces phénomènes d’hybridation et d’adaptation, cette réflexion témoigne du besoin continu de redéfinition d’un genre en mutation et du caractère protéiforme d’une forme d’écriture qui, plus que jamais, redéfinit ses frontières et ses enjeux dans des directions très variées. De fait, le processus de diversification du récit bref s’est également manifesté au cours du XXe siècle par un changement de paradigme littéraire avec l’adoption des registres de l’anticipation, de la science-fiction et de l’utopie. Le second volet s’intéresse à ce registre que l’on peut qualifier de visionnaire, où sont suscitées les représentations d’horizons lointains et de mondes nouveaux. 
http://www.fabula.org/colloques/sommaire5060.php

L’ensemble de ces articles est le fruit d’un séminaire mené entre 2014 et 2016 à l’Institut IRPALL de l’Université Toulouse-Jean Jaurès, portant sur le récit bref dans la littérature européenne contemporaine et qui a débouché sur une journée d’études en 2016.
 

Sommaire


 - Territoires du récit bref : présentation.
Yves Iehl et Jean Nimis

- Dessiner en racontant, ou la poétique «cosmicomique» d’Italo Calvino.
Jean Nimis

- «The Flight of Pigeons from the Palace» de Donald Barthelme ou la drôle de parade.
Aurélie Delevallée

- Adaptation littéraire et mise en image du monologue intérieur — Mademoiselle Else, roman graphique de Manuele Fior d’après la nouvelle d’Arthur Schnitzler.
Yves Iehl

- La Petite marchande d’allumettes (1928) — Du conte de fées d’Andersen à la féerie de l’expérimentation de Jean Renoir.
Raphaëlle Costa de Beauregard

- Les Traversées de Paris, scènes de genres.
Marianne Vidal

- Enjeux mémoriels du thème du retour.
Marc Lavastrou

- Káos : regards sur un tombeau poétique.
Jean Nimis

- Le prince Kassatzky au royaume des Deux-Siciles — Un intellectuel entre deux révolutions manquées.
Philippe Ragel

- La poétique du masque — De la «Nouvelle rêvée» d’Arthur Schnitzler au film de Stanley Kubrick,Eyes Wide Shut.
Marie Bouchet et Yves Iehl

- «Faire Lune la lune» : l’imagination scientifique d’Italo Calvino.
Teresa Solis

- «Tlön, Uqbar, Orbis Tertius» de Jorge Luis Borges : la création d’un monde et la recréation du monde.
Dorianne Butruille

- La nouvelle «Usher 2» de Ray Bradbury : de la science-fiction à une fiction de la science.
Dorianne Butruille

- Cyberchanges et démons thermodynamiques.
Kinga Joucaviel

- Une encyclopédie ouverte de savoirs situés : les story suites d’Angélica Gorodischer.
Alexis Yannopoulos

- Dysurbanité : énonciation et figures du seuil dans «Une brume si légère» de Sandrine Collette (2014).
Nathalie Vincent-Arnaud