Opera Contro la chanson

Responsable scientique : Margherita Orsino (CEIIBA), Jean-Pierre Zubiate (LLA-Creatis).


► Présentation

A l’origine, ce programme de recherche est fondé sur le concept d’Opera contro, que nous avons élaboré dès 2014 pour définir une œuvre à la fois en rupture avec les codes et en même temps engagée.

Le concept de l’Opera contro a pour point de départ les thèses de Maurizio Calvesi sur le lien entre deux avant-gardes (Futurismo et Pop Art), ainsi que celles de certains membres du Gruppo ’63 (Umberto Eco, Edoardo Sanguineti, Nanni Balestrini, Adriano Spatola) portant sur l’expérimentalisme et l’engagement. L’Opera contro a été aussi affiné à la lumière des travaux des sémiologues, des sociolinguistes et des philosophes sur le rapport entre langage et idéologie (de Barthes à Derrida, de Bourdieu à Althusser), les études de genre (Le Dœuff), des savoirs situés (Haraway) et de l’intersectionnalité (Bilge, Crenshaw) venant compléter le socle conceptuel. Au départ, le corpus de recherche s’était voulu très vaste : les formes expérimentales, les produits de la contre-culture ; le postcolonial et les cultures subalternes, etc. Il s’est focalisé autour d’un objet d’étude particulier lors de l’inscription du programme de recherche à l’Institut IRPALL, afin de correspondre aux critères épistémologiques en vigueur (dans ce cas interdisciplinarité et plurilinguisme) : la chanson de lutte et la chanson engagée.

Ce choix a réuni un groupe de chercheur·e·s, issu·e·s de plusieurs laboratoires, désireux de rassembler leurs spécialités pour mieux cerner l’objet en question. Jean Pierre Zubiate (LLA-Creatis), (Lettres Modernes), Antonella Capra (Il Laboratorio), Emmanuelle Guerreiro (CEIIBA), Sylvie Chaperon (FRAMESPA) ont été les acteurs principaux de ce programme. Margherita Orsino et Jean-Pierre Zubiate sont membres du réseau international «Les ondes du monde», (https://www.lesondesdumonde.fr/) co-dirigé par Perle Abbrugiati (CAER Aix-Marseille) et Joël July (AMU, Aix-Marseille Université). Le projet d’inclure l’Institut IRPALL à ce réseau de partenariats est en cours de réalisation. Initié comme un programme émergent, « Opera contro » se poursuivra dans le futur contrat, dans la mesure où il répond favorablement aux nouveaux critères scientifiques de l’Institut IRPALL.


► Manifestations
Deux journées d’études organisées par l’Institut IRPALL ont posé les bases de ce nouveau programme de recherche qui se poursuivra dans le prochain contrat :
- 22 mai 2017, Journée d’études Bella Ciao : chanson populaire chanson de lutte, à l’UT2J, journée d’étude, dirigée par Margherita Orsino et Antonella Capra.
- 15 mars 2019, Journée d’études La chanson hors-la-loi, à l’UT2J, dirigée par Margherita Orsino.

A la suite de la journée d’études « Bella Ciao », une conférence publique et une émission radio ont été l’occasion de valoriser et de diffuser les résultats de la recherche :
ORSINO Margherita, « Le blues napolitain, la voix des exclus », Conférence débat dans le cadre des Colporteurs de la République, Marché d’Escalquens (HG), octobre 2017.
Id., « Le neapolitan power », Radio Mon Païs, « Passeurs de savoir » 11 mars 2019, 1h et 20’ présentée par Daniel Borderies.

Publications
- ORSINO Margherita, CAPRA Antonella (dir.), Opera Contro, l’œuvre de rupture sur la scène italienne de 1960 à nos jours : théâtre, danse, opéra, performance, collection de l’E.C.R.I.T., No.16, 2017