Colloques international "L’étoffe des ambassadeurs : Les formes de la diplomatie en Europe du XVème au XVIIème siècle"

Publié le 16 août 2019 Mis à jour le 16 août 2019
du 8 novembre 2012 au 10 novembre 2012 Maison de la Recherche, Salle des Actes, D29

Colloque international organisé par l'IRPALL, le Laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes, Il Laboratorio, le Département des Etudes du Monde Anglophone et le Département d'Italien.

Ce projet vise à observer et théoriser les formes marginales que recouvrait la diplomatie avant qu’elle ne soit strictement définie au XVIIIème siècle. Les rôles d’émissaire, d’ambassadeur, de héraut, de médiateur ne sont pas propres à la première modernité. Acteurs de l’ombre plongés souvent dans la lumières des fastes de cours, ils ont toujours assumé ce rôle de médiation entre les princes. Toutefois, la première modernité se distingue en ce qu’elle permet le développement et la systématisation d’une forme particulière d’ambassade: la diplomatie culturelle.

La circulation d’objets d’art, d’étoffes précieuses, de textes, d’un monarque à un autre par l’intermédiaire d’ambassades n’est pas une nouveauté à l’époque moderne. Certes, elle confirme le rôle de l’art en tant que monnaie d’échange politique particulière, mais surtout en se systématisant, elle marque le début d’un positionnement nouveau face à l’art et sa diffusion. Suivre la circulation des œuvres d’art, de ceux qui les créent et ceux qui les pourvoient, est un moyen de cartographier les réseaux d’influence politiques et économiques de la première modernité. Ainsi, il faudra considérer tous les acteurs de la diplomatie culturelle avant d’identifier les moyens matériels mis en œuvre pour faire fonctionner ce type de médiation ainsi que les lieux parfois inattendus où se pratique ce jeu esthétique et diplomatique.